Trouver le chemin

On entend souvent l’expression : «Je crois en Dieu, mais je ne pratique pas».  Qu’est-ce que cela veut dire au juste?

Pour moi, l’intervention de Dieu dans ma vie a changé littéralement ma route.  Ce fut comme si j’avais découvert une perle de grand prix.  Une bonne vingtaine d’années auparavant, j’avais rejeté la religion ou du moins ce qu’on en proposait à ce moment-là.  C’était durant les décennies ’50 et ’60, à une époque de plus grande pratique religieuse qu’aujourd’hui.  Je ne croyais pas en Dieu, ni ne pratiquais quoi que ce soit.

Pourtant, le jour où  j’ai entendu la voix de Dieu une première fois, je n’ai plus jamais été la même.  Ce jour-là, Dieu s’était manifesté à moi par une sorte de révélation profonde me démontrant que ma vie n’avait pas de sens, qu’elle était absurde… Une révélation si puissante, que je ne pouvais pas  l’ignorer.  Il m’a fallu entreprendre toute une réflexion pour découvrir finalement que ce qui me manquait, c’était Dieu lui-même. Mais où le trouver?  Certainement pas dans la religion que j’avais rejetée et à laquelle j’étais allergique.  Je ne connaissais pas Dieu.  Où se trouvait-il donc?

J’ai alors pensé que si Dieu était venu me visiter une première fois, il reviendrait sûrement me courtiser de nouveau pour m’attirer à lui et se laisser trouver par moi.  Et c’est effectivement ce qui s’est produit dans les mois suivants.

Déjà  je savais que ma vie avait du prix aux yeux de Dieu.  Je savais qu’il me considérait, qu’il avait un plan de vie intéressant pour moi.  Je me sentais attirée par lui comme par un aimant.  J’aspirais à marcher avec lui, mais j’ignorais toujours où me diriger et comment le connaître.  Or, après ma première expérience, un soir à bout de recherche, j’ai crié à lui en l’invitant à entrer dans ma vie et à le faire de façon tangible, de sorte que je reconnaisse bien sa présence.  Du même coup, je fus envahie d’une grande paix et d’une plénitude intérieure que je n’avais jamais connues auparavant.  J’étais transformée, remplie, comblée de bonheur.  Je connaissais Dieu et le reconnaissais.  L’expression « connaître Dieu » prenait soudainement tout son sens. J’avais rencontré Dieu personnellement et l’avais reçu en moi.  Puis je le découvris davantage au fur et à mesure que ma relation s’approfondissait avec lui.  Jésus m’a alors enseigné que ses brebis le connaissaient, qu’elles entendaient sa voix et qu’elles le suivaient (Jean 10).  Il m’a également laissé le commandement d’aimer Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme, de toutes mes forces et d’aimer mon prochain comme moi-même…  Aucun joug, aucun fardeau trop lourd à porter, mais une relation d’amour, une intimité à entretenir et à développer.  Une relation de Père à fils ou fille.  Cette relation intime avec Dieu dépassait de très loin la « pratique d’une religion » telle qu’on l’a toujours conçue. Franchement, vivre sans connaître Dieu, sans entendre sa voix nous parler, c’est errer et ça ne mène nulle part.  Qui suivre alors?

Quant à celui qui « ne pratique pas », selon l’expression populaire, il est peut-être plus près de Dieu qu’il ne le croit.  Le fait de ne pas pratiquer de religion serait, en ce cas-là,  une étape favorable pour se tourner vers la véritable rencontre de ce Dieu d’amour.  De toute façon, c’est une condition qui permet de ressentir son vide intérieur.  Car à un moment ou à un autre, Dieu prend le temps de se manifester dans la vie de tout être humain, jeune ou vieux, de lui parler afin que ce dernier s’arrête et sache qu’il est Dieu.  Jésus, Dieu fait chair, qui a racheté l’homme du péché, est alors le chemin tout tracé d’une vie nouvelle.

Dans ce numéro d’Actes 29, il y a matière à une réflexion propice pour effectuer un nouveau départ.  Il n’est jamais trop tard…  Puissiez-vous y porter attention et accueillir cet itinéraire que Dieu a choisi afin de se révéler à vous aujourd’hui.

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.