La famille Hier, aujourd’hui, éternellement

 

 

 

 

 

 

 

Saviez-vous que la famille est d’abord née d’un concept divin, qu’elle est voulue de Dieu et pensée par Lui, le père de toute famille dans les cieux et sur la terre? (1)  En effet, après avoir créé l’homme et la femme, Dieu les a bénis et leur a dit :«Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et l’assujettissez.». (2) Voici le modèle sur lequel Dieu a misé de toute éternité pour que nous vivions à l’intérieur du cadre social qu’on appelle «famille».

 

Du vivant de mes parents, leurs pères et mères n’étant plus, la famille «des deux bords», comme ils disaient, en plus de leurs neuf enfants, englobaient également leurs frères et sœurs, beaux-frères et belles-sœurs et leurs enfants, nos cousins et cousines. Lorsque ces derniers se mariaient, elle s’additionnait d’un conjoint et de leur progéniture. Mes parents entretenaient l’esprit de famille. Ainsi, à l’occasion du Nouvel An, ils recevaient tout ce beau monde à souper à la maison. C’était le rassemblement annuel de «la grande famille». Quelle longue tablée s’étendait alors d’un bout à l’autre de notre déjà grande maison, pendant que les plus jeunes enfants occupaient la salle à déjeuner adjacente! Voilà le tableau qui démontrait le mieux ce qu’était «la famille» joyeusement rassemblée dans l’amour et la joie en ce jour de fête où tous étaient présents!

 

À l’époque, non seulement les familles étaient nombreuses, mais les maisons étaient vastes et adaptables à leurs besoins. Chez nous, quand un enfant s’annonçait, c’était comme un signe de prospérité éventuelle. À trois reprises, effectivement, notre maison subit des agrandissements jugés nécessaires. De même, une famille de 22 enfants que nous connaissions, habitait deux maisons voisines l’une de l’autre, dont l’une était menée par les filles aînées et l’autre par les parents. Si vous cherchez une grande résidence aujourd’hui, c’est assurément du côté des maisons de cette époque que vous la trouverez. Car les temps ont changé, les familles ont diminué, et les maisons ont rapetissé…

 

Quand on pense «famille» aujourd’hui, tout est bien différent. Il y a même des mots nouveaux pour la désigner. Par exemple, «famille monoparentale», «famille reconstituée», «famille d’accueil», «foyer nourricier» et «foyer d’hébergement» en remplacement de l’orphelinat ou de l’hospice d’autrefois. Par contre, un nouveau concept plus joyeux vient s’adapter aux besoins des  aînés avec la maison bi-générationnelle : un petit logis pour parents âgés joint à la demeure familiale. Quel beau projet se présente alors aux petits-enfants et aux grands-parents qui vivent côte à côte! C’est un grand pas en avant alors que de nos jours, la famille a tendance à diminuer, sinon à s’éteindre. Ainsi l’enfant unique avec son parent, a au moins un grand-parent avec qui développer des liens familiaux…

 

Quand le vieillissement se fait sentir, survient aussi une forme de deuil chez les couples sans enfant et les personnes seules appelées à disparaître sans laisser de descendance éventuelle… D’où l’urgence qui nous incombe de considérer plus attentivement notre rôle envers les membres de  notre famille, en se rappelant qu’on ne divorce pas de sa famille qui sera toujours nôtre. Prenons-en soin, c’est précieux.

 

Puis il y a l’Église, cette famille spirituelle où les uns et les autres forment une fraternité unie, un seul corps à l’intérieur duquel il n’y a ni orphelin, ni veuve, ni étranger. Car «Dieu donne une famille à ceux qui sont seuls». (3)

 

Bref, qui que nous soyons, prenons conscience que nous sommes une «famille». Certains dépendent de nous et nous dépendons d’eux… C’est ce qu’on appelle «l’appartenance» à la famille éternelle du Père. La connaîtrez-vous cette famille?

 

 

 

(1)  Éphésiens 3 : 15

(2) Genèse 1 : 28 a

(3) Psaume 68 : 7

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.