L’offrande d’une mère

Dans le silence du temple, les pleurs étouffés d’une femme, la prière désespérée d’une femme stérile qui demande un miracle. Ivre de chagrin, sincère dans sa douleur, elle répand son âme devant son Créateur.

« Le Dieu d’Israël te donne ce que tu as demandé, lui dit alors l’homme de Dieu. »

Et voilà que le miracle se produit, voilà que le ventre stérile est capable d’enfanter ! C’est un garçon, comme elle l’avait demandé, un fils pour réjouir chaque jour de sa vie, un fils pour lui rendre son honneur.

Bonheur incomparable, joie indescriptible de la mère exaucée !

Et pourtant…

 

Ce vœu terrible, prononcé dans un moment de ferveur ardente, dans un élan de dévotion et de foi, elle ne peut pas l’ignorer. Son respect pour le Dieu vivant la lie à sa propre parole. On ne prend pas à la légère ses engagements envers Lui. Elle ne peut pas reprendre ce qu’elle a déjà donné…

L’enfant grandit, joie de chaque instant. Ses rires remplissent la maison, sa présence est comme une source vive et chaude qui illumine le quotidien. Le nourrir, le soigner, le bercer sont des actes de pur ravissement, des révélations claires, évidentes de ce qu’est l’Amour. Une plénitude pour l’âme, que rien ne peut égaler. Être mère, c’est déverser le cœur de Dieu sur le monde.

« Est-ce que je ne vaux pas pour toi mieux que dix fils ? disait autrefois son mari pour la consoler. » Non. Cet amour-là est unique au monde, différent de tout ce qui existe, il ne peut pas comprendre…

 

Un an, deux ans, trois ans…Le moment approche. Elle n’a pas oublié sa promesse. À peine l’enfant sevré, elle le conduit vers l’homme de Dieu, le sacrificateur du Très-Haut, celui-là même qui lui avait promis une réponse à sa prière. Elle a lavé le garçon et l’a revêtu de ses plus beaux habits, elle a emballé ses petites affaires. Voilà, il est prêt.

Prêt pour suivre sa propre route, loin d’elle – déjà, si petit -, pour apprendre la vie, sans elle. Il sera au service de l’Éternel dès son plus jeune âge. Il saura écouter la voix du Très-Haut, le Tout-Puissant à la parole juste et redoutable. Il connaîtra les secrets de Celui qui a tout créé, il conduira Son peuple dans des voies droites.

 

Elle s’en retourne chez elle, encore toute tremblante de ce geste de pure piété, étonnée d’avoir été capable de faire cette offrande d’amour. Elle retourne à sa vie ordinaire avec, derrière elle, cette grande chose accomplie dans la simplicité. Elle pleure un peu, sans doute, mais sa tristesse est légère. Elle se sent forte et sûre.

Elle va d’un pas serein, l’âme encore toute gorgée de cette joie inattendue qui l’a saisie, au moment même où elle se séparait de l’enfant, alors que ses bras vides retombaient et que son cœur se déchirait…Cette joie inexplicable tombée du ciel, comme un cri trop grand pour elle :  « Mon cœur exulte en l’Éternel ! »

 

L’histoire d’Anne, mère de Samuel, se trouve dans le 1er livre de Samuel chapitre 1 v. 9 à 2 v. 11.

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.