Rescapée-miracle de l’avortement

 

 

 

 

 

 

 

La famille  existe depuis le jardin d’Éden quand Dieu a donné Ève à Adam et  leur a dit d’être féconds, de se multiplier et de remplir la terre (Genèse 1 :28).  Mais depuis, le péché est entré dans le monde et cela a affecté la nature de la relation de l’homme avec Dieu  et les relations à l’intérieur même de la famille. Tout au long de l’histoire on a vu des hommes qui, comme Caïn, ont tué leur frère.

 

Bien plus tard, après qu’Il ait éradiqué les abominations des hommes par le déluge,  Dieu dans sa bienveillance, avait donné à son peuple des lois et des préceptes qui devaient assurer leur sécurité et leur bien-être.  L’un d’eux défendait aux enfants d’Israël de livrer leurs enfants en sacrifice à Moloch comme le faisaient les Ammonites (Lévitique 18 :21 ; 20 : 1à 5).  Peut-être ne voit-on plus les gens brûler vifs  leurs enfants pour les offrir en sacrifice à Moloch, mais  le dieu de ce siècle a aveuglé leur intelligence et leur a proposé une façon plus subtile : c’est dans le sein de leur mère que les enfants sont mis à mort parce que leur venue dérange les projets de ceux qui les ont conçus.

 

Dieu lui se soucie de ces enfants. Sa parole nous dit qu’Il nous a vus dans le ventre de notre mère et que sur son livre étaient tous inscrits les jours qui nous étaient destinés, avant qu`aucun d’eux existât (Psaumes 139 :6).  Voici l’histoire d’une jeune femme pour qui Dieu avait une destinée singulière.

 

Gianna Jessen est une jeune femme de 35 ans qui a survécu à un avortement.  Sa mère biologique, alors âgée de 17 ans, a consenti à avoir un avortement tardif par solution saline.  Le 6 avril 1977, bien qu’ayant baignée pendant 18 heures dans cette solution qui aurait dû la brûler et la tuer, Gianna est née vers six heures du matin alors que le médecin qui avait procédé à l’avortement était absent.  S’il avait été présent, il l’aurait probablement asphyxiée ou égorgée comme il le faisait dans ces cas-là. Mais en son absence, une infirmière a appelé une ambulance pour que Gianna soit conduite dans une unité néo-natale de l’hôpital le plus près.  Pendant de longs mois elle lutta pour sa vie.  Le traitement pour l’avortement a laissé chez elle des séquelles importantes.  Atteinte de paralysie cérébrale, les médecins croient qu’elle ne pourra jamais être capable de se mouvoir seule.  Elle est prise en charge à 17 mois par une famille d’accueil. La dame qui l’a accueillie et qui est devenue sa grand-mère par adoption, était chrétienne.  Par ses bons soins et le secours de la prière, Gianna a été capable de marcher avec un déambulateur et le support d’un  renfort orthopédique aux jambes. À cette époque, Dianna De Paul rend visite à sa mère qui prend soin de Gianna.  Peu de temps après, elle prend la décision de l’adopter.  Aujourd’hui après quatre opérations, elle est capable de marcher sans aide. Elle participe même à des marathons dans le but de sensibiliser les gens sur les questions relatives à l’avortement.

C’est à 12 ans qu’elle apprit les circonstances entourant sa naissance et depuis l’âge de 14 ans, elle témoigne de l’amour de Jésus qui lui a donné la vie. Avec la grâce de Dieu, elle a pardonné à sa mère biologique qu’elle a d’ailleurs rencontrée lors d’une conférence.    Malgré sa paralysie cérébrale, Gianna est devenue une militante infatigable des mouvements «pro-life». Elle a raconté son histoire au Congrès américain, à la Chambre des communes du Royaume-Uni,  au Parlement australien et dans des dizaines d’autres endroits, y compris à différentes émissions de télévision.  « Quand je parle – dit-elle – je ne parle pas seulement pour moi mais pour d’autres survivants, et aussi pour ceux qui ne peuvent pas parler … ». (1)

Après avoir entendu son témoignage,  Andrew et John Erwin ont réalisé un film « October Baby », basé sur ce qu’elle a vécu et qui est paru en septembre 2011.  Vous pouvez visionner le témoignage de Gianna, lors d’une visite à Melbourne en 2008, en vous rendant sur You Tube. En plus de témoigner avec fougue de la façon dont Dieu l’a sauvée et tient sa vie entre ses mains, Gianna compose et chante des chansons pour la gloire de Dieu.

On ne peut que s’émouvoir et glorifier Dieu de ce qu’il a fait en faveur de Gianna Jessen, mais nous ne pouvons fermer les yeux devant ces abominations.

 Reprenant l’exhortation de Paul à Timothée prions pour les hommes qui nous dirigent (1 Timothée 2 : 1à 4). Demandons à Dieu qu’Il dispose leurs cœurs à voter des lois qui protègent la famille, les enfants à naître et les bébés qui, comme Gianna, survivent à un avortement.

 Prions pour les pays comme la Pologne ou l’Irlande qui s’opposent encore à l’avortement.

Prions pour les futures mères qui vivent ce combat intérieur et qui envisagent l’avortement comme une solution possible afin que l’esprit de Dieu ait libre accès à leur cœur pour envisager d’autres solutions.

Prions pour les organismes «pro-vie» pour qu’ils soient un outil puissant dans la main de Dieu pour changer des cœurs.

Prions aussi pour les femmes qui ont vécu un avortement pour qu’elles reçoivent le pardon de Dieu.

Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie et cherche ma face et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché et je guérirai son pays (2 Chronique 7 : 14).

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.