L’engagement

Le sujet sur lequel je veux vous entretenir aujourd’hui est très délicat. Je parle ici de l’engagement dans un couple. Mon but n’est pas de décourager qui que ce soit par mes propos. Je sais que, dans la vie, tout ne se passe pas toujours comme nous l’aurions souhaité. Et ce n’est pas parce que je m’entretiens sur un sujet – et que j’y vais de mes petites recommandations –  que, pour moi, tout est parfait.

Certaines personnes ne comprendront peut-être pas ce que je trouve  difficile là-dedans. Pour ces personnes, il n’y aurait pas d’article là-dessus : nous restons mariés peu importe les circonstances, point… à la ligne…  il n’y a rien à ajouter. Si je suis d’accord en partie avec cet énoncé  (parce qu’aujourd’hui, on divorce pour des peccadilles), je comprends aussi qu’il y a des circonstances atténuantes. Et j’aimerais dire que les circonstances en question, quant à moi,  sont : la violence physique et psychologique, les infidélités à répétition, et surtout, un conjoint avec déviances sexuelles (pédophilie, inceste…). La sécurité des enfants ne devrait pas être négociable.

Parfois, on prend exemple sur nos parents ou nos  grands-parents par rapport à leur fidélité dans le couple. On souligne les 40ème, 50ème, 60ème anniversaires de mariage de ces personnes.  Oui, j’applaudis à la longévité d’un couple, mais je trouve qu’il y a de bons et de mauvais exemples parmi les  couples d’autrefois, et de bons et de mauvais exemples parmi les  couples actuels. Si l’engagement a été souvent mis de côté dans les dernières décennies, on lève aussi le voile sur les choses intolérables, telles que j’ai énoncées plus haut.

J’ai pris beaucoup de temps pour expliquer certaines nuances, maintenant, je peux exposer librement ma vision d’un couple en santé.

L’engagement, ça se prend au début de la vie de couple. Il n’y a rien à attendre d’un couple qui « essaie ». Vous pensez peut-être que ça fait  moins peur  « d’essayer pour voir si ça va marcher », avant de vous engager, mais vous allez sûrement souffrir.  Comprenez-moi bien, même en vous engageant, il y aura peut-être de la souffrance dans votre vie de couple, mais s’il n’y a pas d’engagement, c’est une certitude.  Jeunes gens, assurez-vous  également que la personne avec qui vous voulez vous engager le veut aussi. Car lorsque nous choisissons notre partenaire de vie, il faut aller un peu plus loin que le raz-de-marée émotif que nous ressentons à ce moment-là, (car c’est bien souvent comme ça que nous le vivons). Ce bouleversement est important : c’est ce que Dieu a prévu pour la continuité de l’espèce. Un peu direct, mais vrai. C’est dans l’engagement que l’amour va fleurir.

Encore une fois, je dis aux jeunes  que la vie de couple ne sera pas toujours rose : c’est normal qu’il y ait des hauts et des bas. Maintenant, j’aimerais aller au-delà du premier engagement du début. Vous pouvez décider de rester ensemble, mais après, comment se porte votre couple? Décider de ne jamais se quitter ne devrait être que le début. Ce que je veux dire, c’est que l’engagement ne se fait pas seulement au début et c’est réglé une fois pour toutes. Si vous pensez cela, vous venez peut-être de mettre le doigt sur un problème de votre vie à deux. Rien n’est jamais gagné d’avance et il ne faut jamais prendre l’autre pour acquis, ce qui n’est pas de l’amour. Je ne veux pas dire qu’il faut sans cesse craindre que l’autre nous laisse,  mais le respecter, le valoriser, l’épauler,  le surprendre  à l’occasion démontre que vous en prenez soin et que cette personne avec qui vous avez pris un engagement  a de l’importance  pour vous. C’est très simple au fond, mais trop souvent oublié.

Et si vous ne vous sentez plus amoureux? Je dirais qu’être amoureux, c’est différent  que d’aimer. Le premier fluctue au gré de nos états d’âme, mais nous avons le contrôle sur le second. Encore une fois, si rien de grave n’explique cette panne émotive, continuez d’aimer en action et gardez la *communication ouverte : rappelez-vous que votre engagement ne concerne pas vos sentiments. Ouf! Ça aussi c’est un peu direct! Les sentiments  sont des émotions, donc pas toujours fiables.

Je suis mariée, et bien mariée, depuis 27 ans. J’aime toujours mon mari, mais nous avons eu des hauts et des bas, comme tous les couples. Le fait que nous voulions tous les deux, également, que notre couple dure et aille bien y est pour beaucoup. Nous avons commencé la vie à deux très naïvement, mais Dieu nous a aidés à surmonter les obstacles du quotidien et la routine, un grand ennemi du couple.

Rappelons-nous que le mariage est comme une rose : belle et fragile. Par moments, la fleur pousse toute seule,  à d’autres moments elle a besoin de plus de soins et d’attentions. Tout comme la fleur, le mariage peut être beau, fragile et demander, par moments, plus de soins et d’attentions. Saurez-vous discerner son besoin?

« C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. » St-Exupéry

* n.d.l.r.  Lire l’article sur ce sujet de J.-P. Laverdière

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.