Pourquoi doit-on soutenir Israel dans ses démarches?

Voilà une question qui peut sembler épineuse pour certains. Sûrement,  la cause palestinienne a tout son mérite et on se doit de s’assurer qu’elle soit entendue!

Eh! oui, bien que la situation de certains Palestiniens, surtout dans la partie de Gaza, soit difficile et même quelquefois, très décourageante, cela ne peut nous empêcher de supporter Israël dans ses demandes de sécurité et de comprendre pourquoi  Israël réclame ses droits comme État juif.  Je me propose donc de faire un petit retour en arrière et de repasser les différents traités internationaux qui ont été signés et qui se doivent d’être respectés aujourd’hui  au milieu de toute cette effervescence politique du Moyen-Orient.

Bien que l’histoire d’Israël commence,  il y a 4000 ans,  avec une promesse divine donnée à Abraham concernant la terre de Canaan, les traités politiques modernes n’ont vu le jour qu’au début du 20e siècle.

La partition britannique de la Palestine – 1917

En 1917, Lord Balfour, un politicien anglais, a présenté un exposé au gouvernement britannique énonçant un argument pour une terre juive. Il divisa la terre en suivant la rivière du Jourdain, du Golan à la mer Rouge et jusqu’à la côte de la Méditerranée. Toute la terre à l’ouest du Jourdain devait être pour les Juifs.

La convention San Remo de 1923

La partition Balfour était seulement un exposé et n’avait pas d’autorité internationale. Cependant en 1923, la convention San Remo qui a eu lieu à San Remo en Italie, avec la participation de 51 membres de la Ligue des Nations, incluant la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada et l’Europe, a ratifié ou confirmé l’accord Balfour donnant toute la terre à l’ouest du Jourdain au peuple juif.  L’importance de cette convention est telle qu’aucune résolution des Nations Unies ne peut la supplanter ou la changer!

Donc, lorsque les médias nous disent que la Judée, la Samarie, et l’est de Jérusalem sont des territoires occupés et qu’il  y réside  des colons ou des intrus, c’est qu’il y a sûrement de leur part un manque de connaissance sur la convention de San Remo. En effet, il serait plus approprié de dire que ce sont des terres disputées!

En novembre 1947, l’assemblée générale des Nations Unies a voté pour séparer la Palestine, jusqu’alors contrôlée par les Britanniques, en deux états, un État arabe et un État juif. Les Juifs ont accepté cet accord, mais les Arabes, eux, l’ont rejeté et se sont liés entre eux pour essayer de détruire le nouvel État juif d’Israël.

La Loi Internationale

Depuis la guerre des six jours de 1967, les Nations Unies, les médias et plusieurs politiciens proclament constamment qu’Israël occupe illégalement le territoire qu’ils ont gagné dans cette brève guerre. Cependant, la Loi Internationale énonce clairement que ce qui est gagné en se défendant contre une agression externe est légitimement un butin de guerre.

Mais qui contrôlait la Judée et la Samarie avant la guerre de 1967? La Jordanie avait la main mise sur ce territoire malgré le désaccord de plusieurs nations comme leurs voisins arabes. Pendant ces années,  les sites sacrés juifs ont été désacralisés et on leur a refusé le droit d’accès aux endroits de prière. Lors de la guerre de six jours en 1967, Israël reprit la Judée et la Samarie.  Les Palestiniens qui y vivaient, se sont retrouvés sous la tutelle juive. Pourquoi la Jordanie, pays arabe, n’a-t-elle pas accueilli leurs frères palestiniens dans leur pays? C’est une question complexe mais il suffit de dire que des 100 millions de réfugiés, depuis la seconde guerre mondiale, c’est le seul groupe à ne pas avoir été accueilli ou intégré dans les pays de leur peuple. En comparaison, plus de cinq millions de réfugiés juifs ont complètement été assimilés en Israël, un pays dont la superficie est comparable à l’État de New York!

Revenons donc à notre première question. Doit-on soutenir Israël dans ses démarches? Le traité de San Remo nous indique clairement qu’Israël est dans son droit d’exiger  un territoire sécuritaire pour sa population dans les limites établies par cette convention. De plus, Israël est le seul pays démocratique du Moyen Orient affichant le même respect et les mêmes droits, pour ses diverses minorités, que nous en Occident. Ne vaut-il pas la peine de le soutenir alors qu’il fait face à une islamisation  plus radicale dans les pays avoisinants? Ne serait-il pas, pour le moment, une lumière dans ce coin agité de notre planète? Chose certaine, c’est une lumière que plusieurs essaient d’éteindre. Soyons donc bien informés et courageux!  Israël a besoin d’amis. Peut-il compter sur nous?

Comments are closed.

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.